Notre histoire

Si l’histoire d’A Rocha devait être écrite comme un livre, ce serait en sept chapitres, un peu comme cela:

Chapitre 1 (1983–1985): Naissance de la vision d’A Rocha

La toute première réunion A Rocha près de Liverpool, Angleterre, en 1983

La toute première réunion A Rocha près de Liverpool, Angleterre, en 1983

Très peu de chrétiens semblent penser que la crise environnementale grandissante ait quoi que ce soit à voir avec eux – et très peu d’écologistes espèrent mieux de la part des chrétiens. Le tout premier petit pas fut la création de la Fondation A Rocha en tant qu’association caritative anglaise, afin d’établir un centre chrétien d’études de terrain au Portugal. Puis, les familles Harris et Batty déménagèrent en Algarve.

Chapitre 2 (1986–1994): Etablir les fondations à Cruzinha

Centre d’études de terrain de Cruzinha

Centre d’études de terrain de Cruzinha

Un centre est établit sur l’estuaire de l’Alvor et à la surprise de tous, la réponse des habitants locaux est très positive. Les premiers résultats des études de terrain et le travail scolaire commencent à susciter de l’intérêt. Graduellement, la participation et le leadership au niveau national croîssent, ainsi que l’influence internationale du projet. Des visiteurs commencent à arriver en provenance de nombreux pays.

Chapitre 3 (1995–1999): Tester de nouvelles voies

Premières discussions à la Zone Humide d’Aamiq, Liban, mai 1998

Premières discussions à la Zone Humide d’Aamiq, Liban, mai 1998

Le projet portugais disposant maintenant d’une gestion nationale, l’organisation anglaise décide de répondre aux aides demandées ailleurs.

La décision est prise de se concentrer spécifiquement sur des projets chrétiens de protection de la nature dans des régions défavorisées du monde.

Peter et Miranda Harris commencent à voyager pour aider d’autres projets nationaux à démarrer. Un bureau et un système de membres adhérents sont établis en Angleterre. Cinq nouveaux projets commencent à se développer au Liban, au Kenya, en France, au Canada et au Royaume-Uni. Des discussions se déroulent dans de nombreux autres pays où les chrétiens désirent commencer des projets concrets pour exprimer leur sentiment que Dieu prend profondément soin de sa création. Tous les équipiers à A Rocha se rendent compte qu’ils sont au bout de leurs moyens, mais que beaucoup plus pourrait être accompli si les ressources nécessaires étaient disponibles.

Chapitre 4 (2000–2001): Le réseau international prend son essor

Les dirigeants du projet et les dirigeants des comités nationaux se réunissent ponctuellement pour prier, étudier, et apprendre ensemble (Novembre 1999)

Les dirigeants du projet et les dirigeants des comités nationaux se réunissent ponctuellement pour prier, étudier, et apprendre ensemble (Novembre 1999)

Nous sommes devenus un réseau international de mouvements nationaux, chacun avec sa propre importance, ses ressources et son impact local.

Nous préservons les zones humides au Liban et au Portugal, tout en travaillant dans une forêt kenyane. Nous avons un rôle éducatif en France et en Angleterre, et organisons des activités au Canada. Deux associations nationales supplémentaires sont créées, aux Etats-Unis et en Rébublique Tchèque. Partout, il y a un témoignage de la pertinence de l’Evangile. De nouveaux administrateurs et membres du Conseil nous rejoignent depuis d’autres parties du monde. A Rocha évolue rapidement mais préserve son idendité d’organisation chrétienne, centrée sur un travail dans les lieux où les ressources pour la protection de la nature et la diffusion du témoignage chrétien sont particulièrement nécessaires.

Avec des projets A Rocha dans huit pays, tous à différents stades de croissance et de développement, il devient essentiel de désigner une structure pour notre travail futur qui permette aux mouvements nationaux une liberté complète d’initiatives et d’action, tout en assurant l’encadrement et l’échange d’expériences au travers de la nouvelle organisation mère, A Rocha International (ARI).

En septembre 2000, David Payne devient Directeur Général d’A Rocha International et rejoint, avec sa femme Betty, la petite équipe existante: Peter et Miranda Harris et Barbara Mearns. Leur rôle est d’assurer la formation des équipiers et les ressources nécessaires à tous les projets.

Chapitre 5 (2002–2006): Croissance rapide !

Lancement officiel d’A Rocha Pays-Bas

Lancement officiel d’A Rocha Pays-Bas

2002 est une année enthousiasmante durant laquelle toutes les équipes existantes grandissent. Au cours des quatre années suivantes, huit nouvelles organisations nationales rejoignent officiellement la famille: Finlande, Bulgarie, Pays-Bas, Inde, Ghana, Afrique du Sud, Pérou et Brésil.

L’Equipe International est renforcée par les nominations d’un Directeur Scientifique basé au Portugal, d’un Coordinateur Européen basé à Bruxelles et d’un Directeur du Développement basé en France.

Chapitre 6 (2007–2014): Croissance nationale…

Après avoir opéré pendant huit ans avec une petite Equipe Internationale dispersée, ARI se restructure en 2008-2009 afin que la direction soit partagée par une petite Equipe de Direction basée en Angleterre. D’autres spécialistes s’y joignent, dont Dave Bookless, afin d’apporter une expertise théologique et assurer que notre programme scientifique de conservation s’inscrive dans nos valeurs chrétiennes.

Trois nouvelles organisations nationales rejoignent la famille: Nouvelle-Zélande, Suisse et Ouganda, portant le total à 19. D’autres étendent leur influence. Au Canada, il y a maintenant trois pôles: en Colombie Britannique, au Manitoba et en Ontario, et le Dimanche de la Bonne Graine aide les églises de tout le pays à prendre soin de la création.

A Rocha Ghana initie rapidement de nouveaux programmes, si bien qu’en 2013 il y a des bases opérationnelles dans cinq régions qui protègent quelques unes des plus belles réserves naturelles, depuis les savanes entourant le Parc National de Mole jusqu’aux lagons côtiers bordés de mangroves. Leur programme le plus ambitieux vise à protéger la Réserve Forestière d’Atewa Range d’une exploitation minière, au moyen d’activités aux niveaux local, national et mondial.

A Rocha Ghana a formé plus de 5000 personnes à de nouveaux modes de vie durables, à l’exemple de cette femme qui apprend à élever des escargots dans le cadre d’un programme de préservation des mangroves côtières.

A Rocha Ghana a formé plus de 5000 personnes à de nouveaux modes de vie durables, à l’exemple de cette femme qui apprend à élever des escargots dans le cadre d’un programme de préservation des mangroves côtières.

Chapitre 7: Regarder vers l’avenir

Recherche et conservation: Les sites les plus riches en faune sauvage continuent d’être détruits ou dégradés à travers le monde à une vitesse vertigineuse – Alors nous développons notre Programme pour la Forêt Tropicale au Kenya, au Ghana, en Inde et au Pérou. Nous développons également nos programmes dans les écosystèmes méditerranéens, un lieu prisé et sérieusement menacé.

A Rocha Perou restaure ses forêts côtières.

A Rocha Perou restaure ses forêts côtières.

Soutien à l’église locale: Nous enrichissons les formations et levons de nouvelles ressources d’une multitude de façons. Par exemple en 2015, en partenariat avec la WEA et le mouvement de Lausanne, nous organisons des conférences en Afrique de l’Est, en Afrique de l’Ouest, en Amérique du Sud et du Nord, afin de faciliter des initiatives nationales de protection de la création.

Education à l’Environnement: Chaque année A Rocha implique  des milliers de personnes de tous âges et confessions dans des activités qui les initient aux problèmes locaux et mondiaux. A Rocha espère bientôt obtenir les fonds pour engager un Directeur pour l’Education à l’Environnement.

Ensemble pour célébrer les vendanges 1 Sep 2017
Les avancées de la préservation de la création en Asie de l’Est 1 Sep 2017
Latest News
Devinez ce que le Centre Tahlee vient de découvrir ? 1 Sep 2017
Des cadeaux productifs 1 Juil 2017