Conduire des éléphants

À côté de la ville de Bangalore, en Inde, les éléphants du parc national de Bannerghatta sont poussés vers l'extinction. Pris entre un habitat forestier qui se réduit et une population urbaine qui ne cesse de s'étendre, les éléphants sont contraints de vivre dans de minces bandes forestières. Vivant à la lisière, ils sont souvent tentés de pénétrer dans l'espace humain. Depuis 2004, A Rocha Inde est à l'avant-garde de la recherche scientifique et des approches communautaires pour atténuer le conflit homme-éléphant qui est la plus grande menace pour la survie des éléphants locaux.

L’éléphant d’Asie

L’éléphant d’Asie est le plus grand mammifère terrestre d’Asie. Ce sont des animaux extrêmement sociables. Ils forment des groupes de six à sept femelles, dirigés par la matriarche, et passent une grande partie de leur journée à se nourrir d’herbe, de racines, de feuilles, d’écorces et de tiges. Leurs aliments préférés sont les cultures telles que les bananes, le riz et la canne à sucre, ce qui les met souvent en conflit direct avec les agriculteurs locaux. Bien qu’il bénéficie du plus haut niveau de protection en Inde, la survie de l’éléphant d’Asie est menacée par la destruction, la dégradation et la fragmentation des forêts naturelles, ainsi que par les problèmes permanents du braconnage de l’ivoire et des interactions avec l’homme.

Le parc national de Bannerghatta

Le parc national de Bannerghatta est un fragment long mais étroit de la vaste aire de répartition des éléphants de Mysore, qui s’étend sur les États du Karnataka, du Tamil Nadu et du Kerala. Cette aire de répartition abrite les plus grandes congrégations d’éléphants d’Asie au monde et Bannerghatta abrite environ 160 d’entre eux. Mais 40 % de la limite nord du parc national est entourée par la ville de Bangalore, en constante expansion. Le paysage passe rapidement de la forêt à de denses zones urbaines, avec de grandes routes et des voies ferrées disséminées partout. Bannerghatta est peut-être le seul parc national indien habité par des éléphants qui se trouve aussi près d’une métropole urbaine. Dans un rayon de quelques kilomètres seulement, les éléphants qui sortent de la zone protégée se retrouvent au cœur de zones humaines.

Lorsque les éléphants mâles s’éloignent de la protection du parc national à la recherche de nourriture, ils brisent les clôtures des fermes et des plantations et entrent en conflit direct avec l’homme, au risque d’être blessés, tués ou capturés. La coexistence avec ce grand animal sauvage, intelligent et parfois dangereux, entraîne parfois des pertes économiques et met en danger la vie des communautés locales.

A Rocha India travaille en partenariat avec le département des forêts de Karnataka, Asian Nature et l’Institut indien des sciences pour mener des projets d’étude des populations, d’éducation et de sensibilisation, qui ont obtenu une large participation. Les éléphants sont suivis et encerclés pour les empêcher de s’éloigner. Des itinéraires sont méticuleusement planifiés pour ramener les éléphants dans la forêt aussi rapidement et aussi sûrement que possible, en essayant d’éviter les grands axes de circulation et les zones d’habitation denses. Et l’utilisation du paysage par les agriculteurs est examinée pour mieux comprendre les interactions, afin que des idées créatives – telles que des barrières à l’épreuve des éléphants – puissent être développées pour y remédier. En outre, A Rocha Inde organise des camps écologiques pour les écoles locales, des débats publics dans la ville et forme de nouveaux gardes forestiers.

Regardez « Driving Elephants », un court métrage de 26 minutes montrant les conséquences de la présence des éléphants dans les espaces humains.

Lisez les impr´ssions de la directrice du documentaire sur les coulisses du film « Driving Elephants ».

En savoir plus sur les éléphants et A Rocha Inde

Shopping Basket

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website.

Dave Bookless

Director of Churches and Theology

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.